Hausse des prix de l’énergie, les Français craignent l’envolée de leur facture en 2024

Plus de 74 % des Français sont inquiets quant à l’évolution des prix de l’énergie.L’énergie est le poste de dépenses contraintes qui augmente le plus pour les ménages. Cet hiver suscite donc une nouvelle inquiétude des Français pour leur pouvoir d’achat, d'autant plus que le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé en début de semaine que les prix de l'électricité augmenteront de 8,6 % à 9,8 % le 1er février 2024 pour les particuliers.

Les Français ont déjà été confrontés à des hausses de prix en 2023 : une première de 15 % en février dernier et une seconde de 10 % au mois d’août.

Dans ce contexte, les Français souhaitent protéger leur pouvoir d’achat et trouver de nouveaux remparts à cette inflation contrainte. La rénovation énergétique s’impose comme une solution durable et efficace à la hausse des factures. Qualiwatt, acteur de référence en France de la maîtrise de l'énergie, dresse un état des lieux des solutions d’accompagnement.

76 % des propriétaires souhaitent réaliser des travaux pour diminuer leur facture d’énergie

Une nouvelle hausse de 8,6 % pour les tarifs de base et de 9,8 % pour les tarifs heures pleines-heures creuses s’appliquera à partir du 1er février 2024. Cette augmentation est principalement due à la fin du bouclier tarifaire mis en place à l’automne 2021 pour lutter contre les augmentations des tarifs de l’électricité.

La hausse du prix de l’électricité devrait représenter pour une famille dans une maison individuelle avec chauffage électrique, une augmentation de 18 euros par mois de sa facture. Par conséquent, les Français sont particulièrement préoccupés par les conséquences de ces annonces. Selon une étude réalisée par l’IFOP pour Hellio, 74 % des Français sont inquiets quant à l’évolution des prix de l’énergie.

La rénovation énergétique dans les logements se présente alors comme une solution permettant de réaliser des économies d’énergie.

Parmi les principales raisons incitant les propriétaires à entreprendre des travaux de rénovation énergétique, c’est la réduction de la facture d’énergie et des dépenses qui est évoquée en priorité ; c’est le cas pour 76 % des propriétaires d’une maison ou d’un appartement.

Les habitants des zones rurales sont par ailleurs particulièrement touchés par la précarité énergétique. En effet, l’usage du fioul pour le chauffage, associé à des logements moins isolés, plus grands, et donc plus énergivores, ou encore l’utilisation plus régulière de la voiture, sont des facteurs pouvant engendrer des situations de précarité énergétique.

D’ailleurs, 54 % des habitants des territoires ruraux ont déjà renoncé à chauffer leur logement par souci budgétaire, contre une moyenne nationale de 42 %.

Pour enrayer ce phénomène et procéder à la rénovation énergétique de leurs logements, les Français attendent un accompagnement et un soutien financier de la part de l’État.

Le renforcement des dispositifs de l’État pour accélérer la rénovation énergétique d’ampleur

Dès ce début d’année, une nouvelle version de MaPrimeRénov’, l’un des principaux dispositifs d’aide publique avec les Certificats d’Économies d'Énergie, entre en vigueur. En effet, l’objectif du Gouvernement est de favoriser les travaux d’ampleur au détriment des gestes dits “isolés”.

Pour mener à bien ces chantiers et obtenir les aides financières, les particuliers devront obligatoirement se faire accompagner par un professionnel certifié Mon Accompagnateur Rénov’. Le gouvernement compte ainsi muscler le dispositif en débloquant 300 millions d’euros via les CEE, afin de financer cet accompagnement pour les ménages les plus modestes. L’objectif, atteindre le chiffre de 200 000 rénovations d’ampleur en 2024. Si les Français sont enclins à procéder à des travaux de rénovation énergétique, ces dispositifs peinent à se faire connaître. Si 86% des propriétaires connaissent MaPrimeRénov’, moins d’un sur deux (47 %) sait précisément de quoi il s’agit. D’ailleurs, seuls 44 % des propriétaires pensent qu’ils pourraient bénéficier de ces solutions de financement proposées par l’Etat.

Si le parcours accompagné est ouvert à toutes les catégories de ménages, les travaux pourront être pris en charge en fonction des ressources annuelles. Jusqu’à 100% pour les ménages « très modestes », jusqu’à 80 % pour les Français « modestes », 40 % pour les ménages « intermédiaires » et 20 % pour les catégories « supérieures ».

Véritable interlocuteur de confiance et neutre, Mon Accompagnateur Rénov’ accompagne le ménage sur l’ensemble de son projet : explication des aides disponibles et solutions de financement du reste à charge, réalisation de l’audit… Le professionnel guidera également les particuliers concernant le choix des scénario de travaux, la mise en relation avec des professionnels qualifiés, en passant par l’aide à l’analyse des devis, au suivi du projet jusqu’à la réception et conseil sur les éco-gestes.

Leave a comment

Please note, comments need to be approved before they are published.

1 comment

sudipa Ghosh on 2024,03,13

testing

SOUS-TITRE

Articles de blog

Énergie solaire thermique : pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, comment ça fonctionne?

Quand on parle d’utiliser l’énergie solaire pour votre habitation, deux options sont possibles. Le photovoltaïque pour produire de l’électricité et...
0 comments

Le démarchage téléphonique désormais interdit

Ne signez pas d'engagement lorsqu'une entreprise vous démarche au téléphone. Depuis la loi du 24 juillet 2020 visant à encadrer...
0 comments

Raccordement : Monophasé ou triphasé ?

Qu’est-ce que le courant monophasé et le courant triphasé ? Le courant monophasé est une forme de courant alternatif constitué...
0 comments

Quelle est la différence entre l’énergie solaire photovoltaïque et l’énergie solaire thermique

L’énergie solaire photovoltaïque Les installations de panneaux solaires photovoltaïques convertissent la lumière du soleil en électricité grâce aux cellules photovoltaïques....
0 comments